SURF : VAGUE BLEUE POUR LES JO !

SURF : VAGUE BLEUE POUR LES JO !

Johanne Defay, Jérémy Florès et Michel Bourez rêvent de médailles à Tokyo 2020. Pour la première fois, le surf sera une discipline olympique.

Ces jeux représentent une chance unique pour nos Français de briller pour le drapeau tricolore, ce qui n’était pas une évidence il y a quelques mois.

 

Johanne Defay est une surfeuse professionnelle française née le 19 novembre 1993 au Puy-en-Velay et licenciée depuis 2001 à La Réunion : Championne d’Europe junior 2009-2011-2013, Championne d’Europe Open 2013, Rookie of the year (WCT) 2014.

 

Michel Bourez est un surfeur professionnel français né le 30 décembre 1985 à Rurutu, en Polynésie française.

Il participe à la plupart des compétitions sous la nationalité polynésienne. Il est par ailleurs pré-sélectionné avec l’équipe de France pour les Jeux olympiques de 2020 et dans cette optique se présente aux compétitions sous le drapeau français pour au moins deux saisons à partir de 2019.

 

 

Décrocher un podium serait donc historique pour ces sportifs ainsi que pour le surf français !

 

REPORTAGE STADE 2 :

https://youtu.be/P9nYG99V4ZU

 

 

Jérémy Florès est le surfeur professionnel français le plus titré de tous les temps.

 

Il est né le 27 avril 1988 sur l’île de La Réunion.

 

Il est le plus jeune surfeur de l’histoire à se qualifier pour l’élite mondiale (WCT).

 

Il a intégré l’équipe France en 2000, est devenu champion d’Europe junior au milieu de l’année 2005, a remporté le championnat du monde WQS en 2006 et termine 8e du WCT, l’élite du surf mondial en 2007, ce qui lui vaut le titre de Rookie of the year (meilleur débutant sur le tour). Le 16 décembre 2010, Jérémy remporte le prestigieux Billabong Pipeline Master devenant ainsi le premier européen à s’imposer dans cette compétition.

 

Cette victoire, qu’il dédiera à son idole Andy Irons, le propulsera au 9e rang mondial au terme de la saison 2010.

 

Il commence le surf à l’âge de trois ans à La Réunion sur la plage de Boucan Canot puis s’est exilé sur l’île de sa mère, Madagascar, de 7 à 10 ans, où il a continué à progresser avec son père, Patrick.

 

En 1999, sa famille part vivre en Australie, à Newport, où pendant 6 mois il enchaîne les compétitions australiennes (champion de Sydney en 2000 et 2001, 2e Groms search international final, 1er des Volcom nationals series…).

 

Pendant 7 ans, il vit 6 mois à Sydney et 6 mois à Capbreton dans les Landes.

 

À 14 ans il termine 5e des championnats du monde des moins de 18 ans. En 2005, invité par son sponsor Quiksilver, il élimine Mick Fanning (3e mondial), au Quiksilver Pro 2005 d’Hossegor, pour ensuite perdre contre Kelly Slater au cours d’une série d’anthologie.

 

Il est sur le tour WQS depuis 2 ans, 86e en 2005, il devient en août 2006 1er ce qui lui permet à 18 ans d’être le plus jeune surfeur de tous les temps à intégrer en 2007 le WCT (le top 45, l’élite mondiale du surf). Il a par ailleurs terminé au troisième tour du Quiksilver Pro France 2006.

 

Et le dimanche 13 mai 2007, à Teahupoo (Tahiti) spot connu internationalement dans le monde, il bat “le King” Kelly Slater dans le 4e Round… il réalise alors un de ses rêves et se qualifie ainsi pour les quarts de finale du Billabong Pro Teahupoo (WCT).

 

Il remet ça lorsqu’il se qualifie pour le 3e tour du Rip Curl Search Pro Arica (Chili) avec un 9,66 (meilleure vague du 1er Tour)

 

À l’issue de la saison 2007, il se classe à la 8e place du classement WCT. Son meilleur résultat est une demi-finale obtenue à Trestles, aux États-Unis.

 

Kelly Slater dira de lui :”Jérémy surfe mieux que moi au même âge”. Un compliment qui n’a rien d’anodin venant de la référence de ce sport.

 

Il remporte le titre ISA de Champion du Monde 2009 et ainsi apporte avec Antoine Delpero (Champion du Monde ISA Longboard) et Pauline Ado (4e féminine) une place de vice-championne du Monde ISA pour la France.

 

Il finit la saison 2010 en tournant une page de l’histoire du surf Français et plus généralement Européenne en remportant pour la première fois une épreuve du WCT à Hawaï le prestigieux Pipeline Master en éliminant Kelly Slater en demi-finale.

 

2013 est une année difficile pour le surfeur réunionnais, malgré son titre de champion d’Europe ASP. Il termine 19e du classement WCT.

 

En 2014, après avoir perdu un heat de justesse contre Sebastien Zietz, Jéremy eu un désagrément avec les juges, et se fait suspendre par l’ASP du billabong teahupoo, un de ces events favori.

 

Après une saison 2014 chaotique, Florès décroche en 2015 une série de bons résultats. Sur le circuit QS, il termine deuxième du Oakley Lowers Pro à Trestles et du Quiksilver Saquarema Pro à Saquarema, respectivement contre Filipe Toledo et Alex Ribeiro. Sur le circuit d’élite, il termine troisième du Fiji Pro à Tavarua et remporte surtout le Billabong Pro Tahiti à Teahupoo face au Brésilien Gabriel Medina, champion du monde en titre. Cette victoire constitue alors sa deuxième victoire sur le CT après sa victoire au Pipe Masters en 2010 et le place provisoirement à la 7e place du classement général.

 

Vendredi 11 octobre, il devient le premier Français à remporter le Pro France. La neuvième manche du circuit pro s’est terminée par un duel entre Jerémy Florès et le Brésilien Italo Ferreira, duel remporté largement par Jérémy Florès grâce notamment à un premier passage noté 9,67.

 

SES RÉSULTATS EN 2019

Championship Tour / Classement actuel : 9e
3 – 13 avril : Quiksilver Gold Coast Men’s Pro, Queensland, Australie : 17e
17 – 27 avril : Rip Curl Pro Bells Beach, Victoria, Australie : 9e
13 – 24 mai : Bali Pro, Keramas, Indonésie : 2e
27 mai – 7 juin : Margaret River Pro, Western Australia, Australie : 17e
20 – 28 juin : OI Rio Pro, Saquarema, Brésil : 33e
9 – 22 juillet : J-Bay Open, Jeffreys Bay, Afrique du Sud : 17e
21 août – 1er septembre : Tahiti Pro, Teahupo’o, Tahiti : 5e
19 – 22 septembre : Surf Ranch Pro, Lemoore, Etats-Unis : 17e
3 – 13 octobre : Quik Pro France, Landes, France : vainqueur
16 – 28 octobre : Meo Pro Peniche, Portugal : 17e
8 – 20 décembre : Billabong Pipe Masters, Pipeline, Hawaii

 

#BEAZELITE

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Commentaires

Dans la même categorie