LA LIBERTÉ C’EST CELA….

LA LIBERTÉ C’EST CELA….

 

Bernard Georges Moitessier, né le 10 avril 1925 à Hanoï (Viêt Nam, à l’époque au Tonkin en Indochine française) et mort le 16 juin 1994 à Vanves (Hauts-de-Seine), est un navigateur et écrivain français, auteur de plusieurs livres relatant ses voyages.

 

 

En 1968, il participe à la première course autour du monde, en solitaire et sans escale, le Golden Globe Challenge. Alors qu’il est annoncé vainqueur, il renonce à franchir la ligne d’arrivée, abandonne la course et continue, toujours sans escale, en direction de l’océan Indien. Après dix mois de navigation, son périple s’arrête en Polynésie. Quelques années après, il s’installe sur l’atoll d’Ahe, avec sa compagne Ileana et leur fils Stephan.

 

 

Au cours de sa vie, ce « vagabond des mers du Sud » — comme il se surnomme lui-même dans le titre de son premier livre — a parcouru aussi bien l’Atlantique que le Pacifique. Il a fait escale aux Antilles, en Polynésie et en Nouvelle-Zélande, passé trois fois le cap de Bonne-Espérance et deux fois le cap Horn. Il a vécu une douzaine d’années entre Tahiti et les Tuamotu et a milité contre la nucléarisation du Pacifique sud, pour la désescalade nucléaire pendant la guerre froide et pour la plantation d’arbres fruitiers dans les villages français. Mort d’un cancer en 1994, il repose au cimetière du Bono situé dans le golfe du Morbihan, en Bretagne.

 

Bernard Moitessier naît à Hanoï, il passe son enfance à Saïgon. Il est le fils de Robert Moitessier, diplômé d’HEC, et de Marthe Gerber, artiste, ancienne élève des Beaux-arts. Aîné de trois frères et une sœur, il est élevé par son père de la même façon que celui-ci dirige son entreprise d’import-export : d’une main de fer. Pendant les vacances scolaires, les membres de la famille rejoignent un village de pecheurs vietnamiens, près de Rąch Giá. Ils participent à la vie du village, aident les pêcheurs à préparer les lignes de pêche et embarquent parfois avec eux, découvrant ainsi une civilisation millénaire dont Bernard Moitessier restera toujours imprégné. Il y connaît une existence proche de la population locale, connaissant parfaitement la langue et il sert même d’interprète à son père quand celui-ci part en tournée auprès de ses clients.

Il apprend que la calligraphie chinoise permet aux Annamîtes et Cambodgiens de se comprendre malgré l’usage d’une langue différente.

À 15 ans, au vu de ses résultats scolaires catastrophiques, son père décide de lui faire intégrer une école d’agriculture. À 18 ans, il est contremaître dans une plantation d’Hévéas, où il apprend l’amour de la terre, et à 19 ans, il est embauché dans l’entreprise familiale à vérifier les factures et les stocks. Mais il retourne rapidement dans le village où il passait ses vacances et décide, avec un ami, d’ouvrir une coooerative. Il est de retour à Saigon lorsque la guerre s’y propage.

En 1940, les Japonais envahissent l’Indochine et Robert Moitessier, officier de réserve, est fait prisonnier.

Bernard Moitessier arbore le drapeau français sur la façade de la maison familiale, et, arrêté avec sa mère et ses deux frères, manque d’être tué pour avoir esquivé la gifle d’un officier dans la prison où la famille reste retenue quelques semaines.

En août 1945, le Japon capitule et toute la famille est relâchée mais la flambée de violence continue et une guerre civile débute entre ceux qui veulent chasser les colons, ceux qui veulent rester fidèles à la France et les Français qui veulent garder leur rôle d’avant-guerre.

C’est ainsi que les affrontements se succèdent. Bernard Moitessier fait d’abord partie d’une patrouille, puis est engagé comme matelot-interprète. Il participe parfois aux affrontements, en prenant bien soin de détourner son arme quand il est contraint de tirer sur quelqu’un. Après un an sous les drapeaux, il revient à la vie civile. Exemple et symbole de cette guerre fratricide, son frère Françou tue un de leurs amis d’enfance puis se suicide. Bernard réintègre l’entreprise paternelle pour une courte période, puis monte une entreprise de cabotage à la voile.

Mais six mois plus tard, soupçonné de trafic d’armes par la sûreté française, il est contraint d’arrêter son activité florissante.

Son 1er voyage : suite et source article https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Bernard_Moitessier

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Commentaires

Dans la même categorie